Conflit cheville : antérieur, postérieur et latéral

Le conflit de la cheville, qu’il soit antérieur, postérieur, ou latéral, occasionne une douleur au genou intense : de quoi s’agit-il exactement, comment se manifeste-t-il, quels sont ses causes et comment se fait son diagnostic ?

 

Conflit cheville : définition

 

Un conflit de cheville désigne un contact anormal à l’intérieur de l’articulation de la cheville lors des mouvements. Il peut s’agir d’un conflit osseux (avec un contact direct os contre os) ou tissulaire (par l’intermédiaire des parties molles : tendons et articulations).

 

Il existe différents types de conflits de la cheville, localisés à l’arrière, à l’avant, ou bien sur le côté de la cheville.

 

Le conflit postérieur de la cheville (à l’arrière), aussi appelé syndrome du carrefour postérieur, désigne le coincement de parties molles ou d’os entre le tibia et l’os du talon, et ce en flexion plantaire. Elle se manifeste par des douleurs à l’arrière de la cheville. Il s’agit d’une affection concernant en majorité les danseurs, à cause notamment de la position des pointes, augmentant le risque d’écrasement des éléments entre l’os du talon et le tibia. On retrouve également ce conflit postérieur chez les footballeurs, notamment lors de fractures de l’astragale en cas de traumatisme survenant en hyperflexion plantaire.

 

Le conflit antérieur de la cheville (à l’avant), est une affection concernant très souvent les sportifs. Elle se caractérise par des douleurs à l’avant de la cheville et sont majorées lors de la pratique sportive. Les sports de ballon, sollicitant une flexion dorsale de la cheville, occasionnent des microtraumatismes répétés. Cela peut conduire à terme à une croissance importante des ostéophytes (fragments osseux), et / ou à une inflammation de l’articulation et des tendons (parties molles).

 

Le conflit rétro-calcanéen, dit conflit de Haglund est causé par une malformation du calcaneus, entrant en conflit avec le tendon d’Achille. Extrêmement douloureux, ce conflit résulte en une inflammation : la bursite. Il peut résulter du port de chaussures à talons hauts, ainsi que d’une anomalie de la morphologie (telle que le pied plat).

 

Les conflits antérieurs et postérieurs peuvent être associés à une instabilité de cheville consécutive d’une entorse.

 

Le traitement médical permet de soulager les douleurs des conflits de cheville, notamment par la diminution de l’inflammation. Il s’agit ainsi de recourir à des infiltrations locales d’anti-inflammatoires, de procéder à une rééducation, de porter des chaussures adaptées, des semelles orthopédiques et d’adapter la pratique sportive du patient. Des compresses froides peuvent également aider à diminuer la douleur.

 

En cas d’échec du traitement médical, une intervention chirurgicale sera nécessaire afin d’éliminer la source du conflit.

conflit cheville conflit posterieur cheville conflit anterieur cheville traitement docteur marc elkaim chirurgien orthopedique chirurgien de la cheville paris 9

Causes et facteurs de risques des conflits de cheville

 

Les conflits de cheville sont très souvent par des microtraumatismes résultant de la pratique de sports à haut impact articulaire et demandant des flexions répétées de la cheville, telle que le football ou la danse.

 

Les personnes présentant des anomalies morphologiques au niveau du pied sont aussi plus à risque de développer un conflit (pied plat, orteils en griffe, oignons, etc.).

 

Conflit cheville : symptômes

 

Les symptômes des conflits de cheville sont décrits comme tels par les patients :

  • Une sensation de blocages ou de ressauts ;
  • Une impression d’instabilité, comme si la cheville « ne tient pas » ;
  • Un gonflement de l’articulation ;
  • Une bosse osseuse à l’arrière du talon dans le cas du conflit latéral ;
  • Une douleur : postérieure s’il s’agit du conflit postérieur ou latéral de la cheville, et antérieure pour le conflit antérieur.
conflit cheville conflit posterieur cheville conflit anterieur cheville traitement docteur marc elkaim chirurgien orthopedique chirurgien de la cheville paris

Prévention des conflits de cheville

 

Pour prévenir le développement d’éventuels conflits de cheville, mieux vaut éviter la pratique de sport à fort impact sur les articulations de la cheville (danse, football, course à pied, etc.), en particulier si vous ressentez déjà des douleurs.

 

Les personnes présentant des anomalies au niveau de la morphologie du pied (telles que le pied plat ou creux) doivent faire particulièrement attention à ce type de risque également.

 

Conflit cheville : diagnostic

 

Examen clinique

Pour diagnostiquer un potentiel conflit de cheville, et déterminé s’il est antérieur, postérieur, le médecin examine la cheville. Il tente de reproduire la douleur, soit par une palpation directe du cou de pied, soit en forçant la flexion de la cheville.

 

Examen(s) d’imagerie

Afin de confirmer le diagnostic du conflit de cheville, le médecin procède à une radiographie, afin de diagnostiquer le conflit osseux antérieur ou postérieur.

 

Il peut également recourir à une échographie. Celle-ci permet notamment de diagnostiquer un conflit tissulaire et de guider une infiltration.

 

Pour faire un bilan précis des lésions, le médecin pourra recourir à une IRM ou à un arthroscanner (en particulier avant une opération chirurgicale).

docteur marc elkaim chirurgien cheville paris chirurgien pied chirurgien hanche chirurgien genou clinique drouot clinique oudinot
Docteur Marc Elkaïmchirurgien orthopédiste à Paris, spécialiste du conflit de cheville

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Notez-la

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de votes : 5

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?